La Bibliothèque des jeunes

Chroniques de Béatrice Cherry-Pellat


Zeus, Ulysse, Dionysos et les autres

 

La mythologie grecque

Zeus est le roi des dieux. Héra, son épouse, est très jalouse. Héraclès, fils de Zeus (qu’il n’a pas eu avec Héra, d’où la jalousie…), est condamné aux douze travaux. Orphée joue de la lyre, Hadès règne sur les enfers, pendant qu’Aphrodite et son irrésistible beauté suscitent les convoitises…

L’histoire des héros grecs entrecoupée de quelques planches documentaires dévoilant l’influence de la culture antique dans les arts. Amours, jalousie, culpabilité, vengeance… une vraie saga à rebondissements.

La mythologie grecque, Sylvie Baussier & Gwendal La Bec, éd. Gallimard jeunesse, 96 pages, 18 euros. A partir de 9 ans.

 

Nom de Zeus

Avoir une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Céder au chant des sirènes. Nettoyer les écuries d’Augias. Accomplir un travail de titan. Remplir le tonneau des Danaïdes. Prendre le taureau par les cornes. Avoir des yeux de lynx… Mais qui sont ces gens ? D’où viennent ces expressions ? Que signifent-elles ?

50 expressions de la mythologie entrées dans le langage courant pour tout connaître du talon d’Achille jusqu’à la cuisse de Jupiter.

Nom de Zeus, Anne Jonas & Daniel Pudles, éd. de la Martinière jeunesse, 128 pages, 12,90 euros. A partir de 10 ans.

Question de genre

Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon

Julie n’est pas polie. Julie n’est pas très douce. Julie n’aime pas les peignes. Mais les parents de Julie aimeraient que leur fille ressemble à… une fille. Poursuivie par une ombre de garçon, Julie est triste de ne pas être “comme tout le monde”. Tellement triste, qu’elle aimerait se cacher sous la terre…

40 ans après sa première parution, l’Histoire de Julie est toujours aussi sensible. Un dessin en noir et blanc pour évoquer la complexité de l’identité.

Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, Christian Bruel & Anne Bozellec, éd. Thierry Magnier, 72 pages, 17 euros. À partir de 5 ans.

 

Ma réputation

Laura préfère la compagnie des garçons. Les conversations de filles, ce n’est pas son truc. Mais à 15 ans, lorsqu’elle repousse les avances d’un de ses amis, Laura se retrouve isolée. Ragots et rumeurs enflent, Laura se sent harcelée. Jusqu’à ce qu’elle rencontre une autre élève solitaire et marginale qui va l’aider à sortir de son silence…

Comment une adolescente devient un bouc émissaire au sein de son lycée ? Un roman sur le harcèlement, les violences et l’isolement chez les adolescents.

Ma réputation, Gaël Aymon, éd. Actes Sud junior, 128 pages, 10,50 euros. À partir de 13 ans.

Un illustrateur : Pef

 

La petite princesse de Saint-Ex

Un cheval noir se souvient. Un soir, dans le sud de la France, attaché à son piquet, le cheval entend un bruit détonnant qui s’approche de lui. C’est un avion - même si le cheval ne le sait pas encore. Un avion conduit par un certain Antoine de Saint-Exupéry qui revient d’Espagne…

L’aéropostale, les techniques du début du siècle, les progrès, au travers d’une petite histoire, Pef nous raconte une grande tranche d’Histoire. Un album documenté et un récit touchant et sensible grâce à la distance du narrateur équin.

La petite princesse de Saint-Ex, Pef, éd. Rue-du-Monde, 38 pages, 15 euros. A partir de 9 ans.

 

Maudite soit la guerre

Avril 1917. Le maître d’école demande à sa classe d’écrire une lettre en soutien aux soldats. Chaque élève devra trouver les bons mots pour soutenir un père parti à la guerre. Si Théophile a déjà perdu le sien, Fulbert, lui, choisit d’apporter en main propre sa rédaction, sur le front. Un voyage semé d’embûches…

Un récit poignant sur la vie quotidienne des poilus et une histoire inspirée du monument aux morts de Gentioux, dans le Limousin. La peur, la mort, les combats, tout est dit dans les images de Pef.

Maudite soit la guerre, Didier Daeninckx & Pef, éd. Rue-du-Monde, 46 pages. 16,50 euros. À partir de 9 ans.

Révoltée amoureuse

Pierre contre ciseaux

En Argentine dans les années 70. Trois amis, Alma, Carmen et Marito, se retrouvent chaque week-end sur une île. Malgré leurs différences sociales, ils grandissent ensemble et découvrent la liberté et l’amour. Après le coup d’Etat de 1976, la terreur s’installe dans leur vie. Révoltée par la violence et les injustices, Alma va devoir se construire dans un pays où règne la dictature.

Deux mondes opposés, le passage de l’adolescence à l’âge adulte, la violence politique, un roman à la fois intime et historique qui rend hommage aux enfants disparus durant la dictature argentine.

Pierre contre ciseaux, Inès Garland, éd. L’Ecole des loisirs, 227 p., 16 euros. À partir de 13 ans.

 

Pas assez pour faire une femme

Au lendemain de 1968, Judith, 17 ans, rencontre Alain, revendicateur engagé. Ils échangent sur la politique, la littérature puis naît une relation amoureuse. Plus libre, plus cultivée, la jeune étudiante s’épanouit et va peu à peu prendre conscience de sa famille, du poids de son éducation et de la tyrannie de son père.

Le ressenti d’une jeune fille qui devient peu à peu femme, ses questionnements, l’ouverture de sa pensée, l’éveil de ses sens… Jeanne Benameur livre un roman intime, sincère et touchant. Une ode à la liberté.

Pas assez pour faire une femme, Jeanne Benameur, éd. Thierry Magnier, 96 p., 12,80 euros. À partir de 14 ans.

En musique !

Le pire concert de l’histoire du rock

Jean-Sébastien Leforestier est un collégien discret. Mais en déménageant dans une petite ville, il va être connu de tous et sa passion pour le piano va être dévoilée. Jean-Sébastien va même être recruté dans un groupe de rock en tant que bassiste. Et découvrir le rock va changer sa vie…

Un roman raconté à la première personne où l’on découvre en toute discrétion l’intimité d’un jeune musicien passionné de classique qui peu à peu va faire son entrée dans le monde du rock.

Le pire concert de l’histoire du rock, Manu Causse, éd. Thierry Magnier, 96 pages, 7,50 euros. À partir de 13 ans.

 

Méli Mélodies

Do do, comme l’oiseau. Mi comme la mie de pain. Do mi si la si si, comme Sissi la princesse. Mi mi la sol do ré, comme la sole dorée. Et do mi la ré si, comme la raie scie. Mi la do comme mille ados et mi la mi comme mille amis !

Voilà un petit imagier cartonné où l’on s’amuse à énoncer pour comprendre les illustrations. Un alphabet musical et drôle pour s’amuser en chantant.

Méli Mélodies, Henri Meunier & Martin Jarry, éd. du Rouergue, 24 pages, 10 euros. À partir de 2 ans.

Nouvelle séries

La voix de la meute

Mila, Tristan et Ludovic se retrouvent chaque année pour fêter leurs anniversaires. Durant une des rituelles retrouvailles, ils sont mordus par des chiens. Depuis, lorsqu’une émotion les emporte, ils se transforment en bête agressive. Comment vont-ils dominer leur transformation en loup garou ?

Un premier volet d’une trilogie sur la métamorphose de l’adolescence. Un récit fantastique à suspens dont on attend impatiemment le deuxième tome.

La voix de la meute, les remplaçants (1), Gaia Guasti, éd. Thierry Magnier, 272 pages, 14,50 euros. A partir de 13 ans.

 

Les autodafeurs

Auguste Mars a 14 ans. Au décès de son père, il part vivre chez ses grands-parents. S’il est considéré comme un dangereux délinquant, il garde surtout le secret de la Confrérie et du complot mené par les Autodafeurs. Un conflit millénaire dans lequel seront plongés deux héros : Auguste et sa petite soeur Césarine.

Un roman à deux voix pour un suspens assuré. De l’amour, de l’humour, de l’action, du mystère, un premier tome à dévorer !

Les autodafeurs, mon frère est un gardien (1), Marine Carteron, éd. Le Rouergue, 336 pages, 14 euros. A partir de 13 ans.

Guerre et enfance

Yankov

Fin de la Seconde guerre mondiale, Yankov est un des enfants rescapés des camps. Désormais libre, il est hébergé dans une maison pour enfants avec d’autres orphelins. Yankov va devoir réapprendre à vivre, retrouver une confiance, le goût des autres mais que signifie la liberté lorsqu’on ne la jamais connue ?

Un roman poignant sur l’enfance durant la guerre. Un récit à la première personne qui plonge le lecteur dans la peau du jeune héros. Un livre pour débattre de la liberté et des droits de l’enfant.

Yankov, Rachel Hausfater, éd. Thierry Magnier, 160 pages, 9,20 euros. A partir de 11 ans.

 

Adam et Thomas

C’est la guerre, les juifs sont traqués. Le jeune Adam est conduit par sa mère dans la forêt avec quelques vivres et vêtements chauds. Il va y retrouver Thomas, un copain d’école. Se cacher, chercher de la nourriture, se réchauffer… la vie sauvage devient leur quotidien durant plusieurs mois.

Le récit autobiographique de Aharon Appelfeld adapté pour la jeunesse où la solidarité et l’amitié entre deux enfants résistent à la peur et la haine de la guerre. Touchant.

Adam et Thomas, Aharon Appelfeld, éd. L’Ecole des loisirs, 152 pages, 15 euros. A partir de 9 ans.

Premières BD

Des canards trop bizarres

Gwendoline a une vie calme, tranquille et très organisée. Mais un jour, la petite canne voit arriver un camion de déménagement. Qui va s’installer à côté de chez elle ? Avec sa plume en bataille, ses lunettes de plongée et sa maison rafistolée, Elvis le nouveau voisin sera-t-il accepté ?

Une première bande dessinée pleine de tendresse où les personnages, malgré leurs différences vont tisser une grande amitié. À partager !

Des canards trop bizarres, Cecil Castellucci & Sara Varon, éd. Rue de Sèvres, 104 pages, 11,50 euros. À partir de 6 ans.

 

Mon père ce héron

Un étang, de petites grenouilles papotent sur des nénuphars. “Moi, mon père, il travaille à la télé”. “Mon père à moi c’est un crapaud-buffle”. “Mon père est un célèbre styliste”. “Mais mon père, il est chanteur”. “Eh bien moi, mon père… c’est un héron !” Mais les hérons ne mangent-ils pas les grenouilles ?

Ainsi va la vie au bord d’un étang. Des grenouilles, des hérons pour une petite bande dessinée à l’humour désopilant.

Mon père ce héron, Jul, éd. Rue de Sèvres, 40 pages, 7,50 euros. À partir de 6 ans.

Les bonnes manières

Retire ce doigt de ton nez !

Protéger les faibles, rester modeste après une victoire, aider ses amis, rendre ce que l’on emprunte, ne pas couper la parole, fermer sa bouche en mangeant… une liste de bonnes manières à suivre pour… mais d’ailleurs pour quoi faire ?

Un petit guide du savoir-vivre qui se moque des goujats et des malpropres aussi bien que des donneurs de leçons. Drôle et à retenir !

Retire ce doigt de ton nez !, Lionel Koechlin, éd. Rue-du-monde, 112 pages, 15 euros. À partir de 7 ans.

 

À la maison, il y a des règles !

Dire bonjour en se levant, ne pas transformer la salle de bain en piscine, arrêter quand on dit « arrête », ne pas jouer avec les allumettes, ne pas manger avec ses doigts… car à la maison, il y a des règles.

Un album à mettre en toutes les mains pour rappeler les règles du vivre ensemble. Des illustrations drôles qui évoquent un quotidien bien réel…

À la maison, il y a des règles !, Laurence Saladin & Gilles Rapaport, éd. Seuil jeunesse, 72 pages, 13,90 euros. À partir de 5 ans.

Retrouve tes héros

 La bonne farce

Souris est d’humeur joyeuse, elle a envie de faire une farce à ses amis. Un loup bleu ! J’ai vu un loup bleu ! crie-t-elle. D’abord l’oiseau puis l’écureuil et la tortue rappliquent affolés. Ha ha ha, la farce a fonctionné ! Mais qui est ce loup bleu qui pointe le bout de son nez ?

Après La noisette, Le secret et Oh la belle lune, voici une nouvelle aventure de la petite souris grise. De petits personnages attendrissants et des mots justes et adaptés aux plus jeunes.

La bonne farce, Eric Battut, éd. Didier Jeunesse, 32 pages, 12,90 euros. À partir de 3 ans.

 Chien pourri à la plage

Dans leur poubelle, Chien pourri et Chaplapla ont chaud. Ils rêvent d’aller sur la Côté d’Azur. Comme tous les animaux errants et abandonnés, les deux amis se rendent à la Colonie des oubliés. En car, Chien pourri et Chaplapla rejoindront la plage… interdite aux chiens galeux.

Après vous avoir présenté Chien Pourri et son Noël (pourri), Colas Gutman redonne vie à son anti héros pour des vacances bien pourries. Des personnages naïfs et drôles, un ton vif et un regard amer sur le monde des hommes.

Chien pourri à la plage, Colas Gutman & Marc Boutavant, coll. Mouche, éd. L’Ecole des loisirs, 64 pages, 8 euros. À partir de 7 ans.